Une ville riche en histoire, en beautés naturelles et une mer splendide. Split est certainement une destination toute à découvrir, à commencer par son centre historique, inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco
La promenade sera le meilleur moyen de découvrir le cœur de la ville et ses trésors.

Le Palais de Dioclétien est un quartier

L’empereur Dioclétien choisit la ville pour s’y retirer et fit construire son palais tel qu’il le souhaitait, mais surtout sans regarder à la dépense. Le bâtiment fut construit en dix années dans la lumineuse pierre blanche extraite des carrières de l’île de Brač. Il fit venir des marbres d’Italie et de Grèce, et des colonnes et sphinx d’Égypte. Vous pourrez également visiter les caves, toujours intactes et qui vous dévoileront les us et coutumes du palais, comme dans un voyage à travers le passé. Cette forteresse militaire, résidence impériale et ville fortifiée s’étend sur une superficie de 31 000 mètres carrés. Elle est devenue au fil des siècles le cœur battant de la ville: un quadrilatère accueillant l’esprit même de Split, un labyrinthe de ruelles affolées, de bars, magasins et restaurants. Ses rues étroites révèlent des passages et des cours parfois silencieuses, parfois animées par la musique des bars et cafés et par les activités quotidiennes des habitants.

La cathédrale et le campanile

La cathédrale Saint Domnius, patron de la ville, est un autre site incontournable. Elle fut bâtie sur les ruines du mausolée de Dioclétien, l’un des plus anciens sanctuaires au monde. C’est ici que sont conservées les reliques des saints Domnius et Anastase. La montée des marches du campanile, d’une hauteur de 57 mètres, est faite pour vous si vous souhaitez apprécier un panorama unique sur la ville. L’effort en vaut la peine.

La Porte Aurea et le pouce porte-bonheur

La Porte Aurea de Split est l’une des quatre portes d’accès au Palais de Dioclétien, mais aussi certainement la plus célèbre et la plus visitée.

Elle doit son nom aux Vénitiens, mais s’appelait à l’époque romaine la Porte septemtrionalis (Porte septentrionale) et menait directement à la ville voisine de Salone, capitale de la province romaine de la Dalmatie. Son importance était elle que seuls l’empereur et sa famille pouvaient la parcourir. Et si vous aimez les légendes, vous ne pourrez manquer celle évoquant l’évêque Grgur Ninski (Grégoire de Nin). Cet évêque connut une grande renommée dans l’histoire de la ville, notamment pour avoir promu l’usage de la langue croate lors de la messe. Son imposante statue, œuvre du célèbre sculpteur croate Ivan Meštrović, se trouve à côté de l’entrée de la Porte Aurea et la tradition affirme qu’en toucher le pouce du pied gauche porte bonheur. Au vu de son brillant, il semblerait bien que cette légende soit encore très vivante.